Err

LAPHROAIG Triple Wood

65,00 €
En Stock
(3 Article(s) en stock)
Ajouter au Panier









Cette version du fameux Islay a été vieilli dans trois types de fûts. Tout comme pour le Quarter Cask, il a commencé sa vie dans des fûts de chêne américain, ayant déjà servi pour le bourbon whiskey. Une partie de ce distillat est ensuite sélectionnée et transférée dans des quarter casks pour une deuxième maturation. Il est enfin transféré une deuxième fois, cette fois dans des fûts ayant contenu du sherry oloroso. Cette triple maturation a pour résultat un whisky équilibré aux notes de tourbe, de boisé et de sherry. Après une période plus ou moins longue - selon les besoins du whisky - il est réduit à 48% et mis en bouteille sans filtrage à froid.





NOTE DE DÉGUSTATION

Tourbé :

Tourbé

Nez :

à 48%, il paraît assez doux, un peu sucré même. Des notes de raisins secs et d’abricots juteux précèdent une pointe de fumée de tourbe, et sont succédées par la noisette. Une goutte d’eau sert à renforcer les notes de fumée. Même aprés des années passées en fût de bourbon de premier remplissage et des quarter casks de sherry, il est évident que ces notes de fumée retiennent toute leur force.

Bouche :

puissante et crémeuse. La tourbe se fait ressentir plus fortement que sur le nez, mais garde son équilibre grâce à des notes de vanille et de fruits avec une touche de sherry. Quelques gouttes d’eau servent à souligner les notes d’agrumes et d’épices. Les fûts de chêne européen ont laissé une légère trace d’amertume qui se marie bien aux notes plus crémeux des fûts de chêne américains.

Finale :

longue et riche, mais très équilibrée aussi.






LAPHROAIG
En raison de son caractère phénolique, Laphroaig jouit d’une grande réputation auprès des amateurs. Rien d’étonnant alors à ce que la distillerie soit propriétaire de sa propre tourbière capable de l’approvisionner pour les 4 000 prochaines années. Laphroaig ne perdra jamais son caractère et par conséquent ses adorateurs et ses détracteurs, car un malt aussi tourbé ne peut faire l’unanimité : même l’eau puisée à la source du Loch Kilbride est filtrée par la tourbe!