Err

PORT CHARLOTTE 2011 Islay Barley

74,00 €
EN RUPTURE









Port Charlotte réinvente sa gamme et son packaging en 2018. Toujours fabriqué à partir de 100% d’orge venant de 3 fermes (Dunlossit, Kilchiaran et Sunderland) et d’eau de source provenant d’Islay, cette édition justement nommée « Islay Barley » est un single malt ultra tourbé (40 ppm). Distillé en 2011 à partir d’orge récolté en 2010, il est ensuite vieilli sur Islay à 75% dans des fûts de whiskey américain de premier remplissage et à 25% en fûts de merlot et de syrah de second remplissage.
Le nouveau packaging de la gamme Port Charlotte en bouteilles de verre de couleur verte est un clin d’œil au design des bouteilles de whiskies tourbés produits par d’autres distilleries d’Islay. Toutefois, la distillerie tient à ce que son single malt soit imaginé, distillé, vieilli et embouteillé à Islay.





NOTE DE DÉGUSTATION

Tourbé : 

Tourbé

Nez : 

le parfum fumé et terreux aux accents de goudron ne laisse pas de place au doute : il s’agit bien d’un Port Charlotte. On devine le citron, la pêche et le raisin. Les gousses de vanille, la crème de noix de coco et le chocolat font ensuite leur apparition grâce au vieillissement en fût de chêne américain. Quelques minutes de repos permettent aux arômes de cake au citron, de chocolat blanc et de yaourt à la pêche de se dévoiler, enveloppés par une légère touche fumée, pareille à une couverture de velours.

Bouche : 

les notes iodées vous emmènent sur les côtes Atlantique. La fumée sèche de la tourbe, le caramel et la compote de pommes dominent la dégustation. Les berlingots au citron et les bêtises de Cambrai révèlent leur parfum gourmand et espiègle, équilibré par le piquant du poivre blanc moulu. La fumée de tourbe est légère sur le palais, ses phénols ne sont pas médicinaux, ils rappellent plutôt le charbon et le goudron. A mesure que l’on s’approche de la finale, le spiritueux se fait plus doux et léger, il libère une brise marine et florale très rafraîchissante. La douceur du chêne et de l’orge se marie parfaitement avec la fumée de tourbe sèche.

Finale : 

le feu de la tourbe et du goudron rencontre les embruns salés, la noix de coco et le tabac. Les notes fumées vont vous transporter sur une plage sauvage d’Islay, au coin d’un feu de bois flotté.